En cas d'urgence

08 200 84 200

24h/24 et 7j/7

Pourquoi le concept de situations dégradées d'interventions devient inéluctable (FR/EN)

Paroles d’experts mercredi, 14 septembre 2016 19:07

Depuis le milieu des années 70 dans les grands centres urbains situés à la périphérie des centres villes, il s'est produit des pics de violences collectives contre les forces de l'ordre et les secouristes . Par la suite, après des émeutes dans l'ouest lyonnais au début des années 90 , ces violences spécifiques sont devenues les VIOLENCES URBAINES. Depuis plus de 25 ans l'ensemble des personnels concernés par la violence collective ou individuelle travaillent en formation sur cette seule thématique.

En 2012 ; d'autres voix se sont fait entendre pour dénoncer l'augmentation inquiétante des agressions de secouristes, forces de l' ordre, personnels chargés de la sécurité et personnels de santé. Désormais ; il était question d'agressions en général. Il était aussi mis en avant la variété des situations à risques, dans lesquelles ces personnels étaient engagés sans formation. Si les violences urbaines restaient au programme ; elles étaient loin de représenter à elles seule la problématique de la sécurité en intervention.

De la réflexion, et des recherches menées par un groupe de policiers et de secouristes reconnus pour leurs compétences, est né un concept nouveau qui s'impose désormais comme la référence dans le domaine : Les SDI – SITUATIONS DEGRADEES D'INTERVENTIONS.

Il n'était donc plus question de stigmatiser un profil de personnes, ou un lieu, avec les violences urbaines. L'approche se voulait bien plus large et prenait en compte l'intervenant en tant que personne ; confronté à une violence individuelle ou de groupe.

La formation portait donc sur la capacité du personnel à gérer individuellement un phénomène violent au regard de la mission confiée. Dans le même esprit, il convenait de conduire un groupe à réaliser une mission dans un contexte violent, voir extrêmement dangereux.

L'analyse de l'ensemble des besoins se traduisait donc par une stratégie globale d'intervention. De la préparation de la mission, à la confrontation la plus dure sur le terrain rien ne devait être laissé au hasard. La stratégie SDI est l’aboutissement de cinq ans de travail, de retour d'expérience, de mise en œuvre dans les services de cette stratégie, et de formation initiale en 2015, de plus de 800 secouristes – personnels hospitaliers – forces de l' ordre et policiers municipaux.

Aujourd'hui les SDI deviennent le point de passage incontournable de toutes formations dans lesquelles les agressions et les missions dangereuses sont le quotidien de personnels en contact avec le public ou des personnes/groupes potentiellement dangereux. Elles s'articulent autour d'une approche globale, une organisation par modules de formation, des sessions d'entraînement et de simulations opérationnelles, une adaptation à vos contextes..

Pour tout questions, ou pour recevoir plus d'informations, contactez nous sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LES SDI – SITUATIONS DEGRADEES D'INTERVENTIONS

Elles représentent l'ensemble des missions dans lesquelles les services de secours sont exposés à des risques d' agressions physiques plus ou moins graves. Dans ces situations le matériel, les équipements, les bâtiments, peuvent être également dégradés. Les SDI doivent être appréciées dans un sens très large. Il peut s'agir de l'intervention dans un appartement avec une personne violente, des manifestations de rue, ou des actes terroristes.


Since the mid-seventies, in major urban centers located on the periphery of city centers, peaks of collective violence have occurred against the police and emergency services. More recently, after the riots in the west of Lyon at the beginning of the nineties, this specific type of violence became URBAN VIOLENCE. For over 25 years everyone involved with collective or individual violence has been training on this sole issue.

In 2012 other voices started to be heard, condemning the worrying increase in the number of attacks to which emergency service personnel, police, safety and health professionals were being subjected. It was now a matter of attacks in general. The variety of risk situations was also highlighted, situations in which these staff were involved, without any training. Although urban violence was still part of the program, it was a long way from being the only safety issue arising during interventions.

From reflections and research carried out by a group of experienced and skilled police officers and emergency personnel, a new concept came to light that is now a benchmark in this field: SDI – DEGRADED INTERVENTION SITUATIONS.

It was no longer therefore a question of stigmatizing a particular profile or place, with urban violence. The approach sought to be much wider, taking account of the intervener as a person, faced with individual or group violence.

Training now therefore concerns the ability of personnel to manage a violent phenomenon individually, depending on the mission involved. Similarly, it covers leading a group into a violent, or even extremely violent context, to carry out a mission.

An analysis of all requirements has now resulted in a global intervention strategy. From preparing the mission, through to the most difficult confrontation in the field, nothing has been left to chance. The SDI strategy is the result of five years’ work, based on feedback from experience. This strategy has been implemented amongst various services with the initial training, in 2015, of over 800 emergency workers, hospital staff and national and local police forces.

Today SDI have become an essential part of all training courses where aggression and dangerous missions are an everyday occurrence for people in contact with the public or potentially dangerous individuals/groups. They are based on a global approach, organized with training modules, training sessions and operational simulations, adapted to your specific contexts.

If you have any questions, or would like to receive further information, please contact us on Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SDI – DEGRADED INTERVENTION SITUATIONS

These are all the missions in which the emergency services are exposed to the risk of more or less severe physical attack. In these situations material, equipment and buildings may also be damaged. SDI must be assessed in the widest sense, they may involve an intervention in an apartment with a violent individual, street demonstrations or terrorist attacks.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies