En cas d'urgence

08 200 84 200

24h/24 et 7j/7

Focus Formation : Prendre du recul face à son quotidien

Paroles d’experts mardi, 24 octobre 2017 09:40

"Lèves le pied", "prends du recul"... Mais que signifie prendre du recul ? Est-ce si simple ? Peut-on être formé à cela ?

Tiphaine Krebs, chargée de communication chez Crise-Up a posé quatre questions à Dominique Druge, l'animateur de la formation Prendre du recul face à son quotidien chez Crise-Up.

 Tiphaine Krebs : Que signifie prendre du recul ?

Dominique Druge : Régulièrement, aussi bien dans notre vie professionnelle que personnelle, nous pouvons nous sentir débordés, fatigués, sans réaction et envahis par la situation que nous vivons.

 Prendre du Recul signifie prendre soin de soi dans ces moments difficiles et faire ce pas de côté qui permet de prendre de la distance tout en restant présent et en capacité de vivre au mieux cette situation. En revanche, prendre du Recul demande d’une part, de relativiser - et de ne pas s’épuiser inutilement à lutter contre ce qui ne dépend pas de nous - et, d’autre part, de se rappeler ce qui est véritablement important pour soi, sa constante.

 Cela permet  aussi de ne pas se laisser emporter par le stress, de retrouver de la sérénité, et la plénitude de ses moyens pour agir. Prendre du recul demande d’être actif, cela ne se fait pas tout seul et nous demande de nous engager pour nous-mêmes : se recentrer sur soi, sur l’essentiel pour soi et accepter de changer.

 L’enjeu est de taille, il s’agit de notre bien-être, de notre santé !

 

Tiphaine Krebs : Quelles sont les situations dans lesquelles prendre du recul devient essentiel ?

Dominique Druge : Toutes les situations de la vie quotidienne dans lesquelles nous nous sentons dépassés, fatigués, usées par ce qui se passe et qui demande que nous prenions du recul. Cela devient une nécessité lorsque, ces situations se répétant, petit à petit, notre quotidien devient oppressant, voire une source de souffrance dont nous n’avons pas toujours conscience. En effet, si nous n’y prenons pas garde, les moyens que nous mobilisons pour nous protéger nous enferment, nous isolent et en définitive, nous fragilisent et génèrent un stress qui nous use.

Force est de constater que toutes ces situations sont caractérisées par le fait que :

Nous avons des idées automatiques négatives sur nous-mêmes qui jaillissent et nous nous jugeons : « Tu n’es pas capable de réussir » ; « Tu es nul » ; « Tu ne peux pas le faire »…

  • Ÿ   Nous sommes envahis par des émotions qui nous emportent : Colère, trahison, anxiété, injustice…
  • Ÿ   Notre corps se réveille, nous parle et nous souffrons : Difficulté de sommeil, boule au ventre, mal de dos…

 

Tiphaine Krebs : Quels acteurs sont prioritairement concernés par cette problématique ?

 Dominique Druge : Deux types d’acteurs sont prioritairement concernés par cette problématique :

  •   Ceux qui exercent un métier de contact,

 La relation à l’Autre peut très vite devenir une source de stress, d’autant plus à notre époque où tout va si vite et se complexifie. Ainsi, sont concernés par cette problématique : les gardiens d’immeuble, les personnels d’accueil du public que ce soit en face à face ou par téléphone, les accompagnants des personnes âgées, des personnes handicapées…

  • Ceux qui se sentent isolés dans leur poste… et qui ont à cœur de bien faire !

 Je pense à nombre de managers qui sont très sollicités par leurs équipes, par le mail, le téléphone et aussi par leur hiérarchie et pour lesquels répondre à ces sollicitations est important. Ils ne prennent pas le temps de faire ce pas de côté, ils s’oublient et ne prennent plus soin d’eux !

 

Tiphaine Krebs : Comment se déroule la formation Prendre du recul face à son quotidien ?

 Dominique Druge : Pour prendre du recul, trois phases sont nécessaires :

  •  Reconnaître que son quotidien est parfois oppressant, et que nous avons besoin de prendre du recul,
  • ‚ Accepter, sans nous juger, que, dans telle situation ou depuis longtemps, nous n’avons pas pris soin de nous et avons éludé la question : Il y a lieu de lâcher notre orgueil, l’image parfaite que nous avons de nous-mêmes pour prendre soin de nous.
  • Dépasser la situation pour un mieux-être, un mieux-vivre.

Ceci demande d’être actif à 3 niveaux :

  • le Corps qui garde en mémoire toutes les situations difficiles vécues et qui, avec la répétition, se marque, se tend pour être toujours prêt à réagir, et se crispe… cela devient son état habituel et nous sommes incapables de lâcher-prise et de nous détendre,

Il s’agit ici d’apprendre à se relâcher.

  • le Cœur et ses émotions qui nous envahissent, participent à notre mal-être, consomment notre énergie et nous épuisent,

La formation apprend à considérer et à apaiser ces émotions et à comprendre ce qu’elles nous disent.

  • la Tête avec des pensées qui nous bloquent et nous empêchent de voir la situation autrement.

La formation apprend à reconsidérer la situation de façon positive et à retrouver ce qui est véritablement important pour soi.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies